L'Argonne

La Chalade et son abbaye ont toujours été indissociables de leur environnement géographique, socio-culturel et forestier argonnais.

La Chalade - présentation du village

Situé aux confins de la Meuse, dans la partie nord-ouest du département, La Chalade (19,2 km²) est un village d'Argonne parmi d'autres, blotti au cœur du massif forestier, là où la vallée de la Biesme, jadis frontière du Saint-Empire romain-germanique, est la plus étroite. Il est limitrophe de cinq communes, Vienne-le-Château et Florent-en-Argonne dans la Marne, Le Claon, Neuvilly-en-Argonne et Boureuilles dans la Meuse.

Il tirerait son nom du bas latin "caladia" ("terrain en pente"). Le bourg vivait autrefois de l'exploitation du bois (verreries, briqueteries, fabrication de charbon de bois, charroi, forges etc.). Il a inspiré plusieurs ouvrages, dont les romans d'André Theuriet, "la Chanoinesse" et "Le secret de Gertrude".

Il comptait 521 habitants au début du XXème siècle.  Pour son malheur, il s'est trouvé sur la ligne de Front pendant la Première Guerre mondiale. Pendant quatre ans, les adversaires se sont combattus sur les hauteurs situées à environ trois kilomètres du village, du côté du ravin des Meurissons, du plateau de Bolante et de la côte 285.

Il a été presque entièrement détruit, à l'exception de l'abbaye cistercienne convertie pendant la guerre en hôpital militaire de premiers secours et par conséquent relativement préservée, et une habitation, La Chevrie, protégée par un repli de terrain.

La population qui avait complètement déserté les lieux, n'est pas revenue après la guerre, à l'exception de quelques familles. Le village ne s'est jamais remis de cette hémorragie. Il a aussi pâti du fait que l’électricité n'y a fait son apparition qu'au début des années 20 et qu’il faudra attendre 1954 pour que les maisons soient reliées à un réseau d'adduction d'eau. Il fallait jusque là, "aller à la source" et puiser de l'eau dans l'un des ruisseaux qui traversent le village, le ruisseau des Sept-Fontaines et celui de la Chevrie.

Tout ceci explique que le village dépourvu de tout commerce et de toute entreprise, ne compte plus de nos jours officiellement (au 1er janvier 2015), que 74 "Chaladiers", dont 58 électeurs.        

 

Son patrimoine

Outre son abbaye, La Chalade compte six autres sites ou monuments emblématiques de l'histoire douloureuse du village :

  • le monument-ossuaire de la Haute-Chevauchée, érigé en 1922 sur la côte 285 sur les lèvres d'un des entonnoirs de mine qui jalonnent la ligne de front dans ce secteur d'Argonne
  • la nécropole nationale de la Forestière, où reposent 2017 soldats français
  • le monument dédié aux Garibaldiens, et en particulier à Bruno et Costante Garibaldi tombés en décembre 1914 et janvier 1915
  • le Kaiser Tunnel (fermé actuellement), ouvrage souterrain allemand reliant le ravin des Meurissons au ravin de la Fille morte
  • le ravin du Génie, côté français, occupé par le 1er Régiment du Génie, qui prit une part déterminante à la guerre des mines dans le secteur.
  • une stèle dédiée aux sept aviateurs de la Royal Air Force, tombés en forêt d'Argonne le 18 novembre 1943